DIDIER

Il est 7h20 sur Radio Judaica
Miri, ce matin, on revient avec vous sur le procès des attentats de janvier 2015;

On va tenter de comprendre comment l’enquête a mené aux 14 inculpés, dont 11 sont sur le banc des accusés, 3 sont jugés par contumace

Pour en parler, nous sommes en ligne avec Pierre Martinet, il est le fondateur et directeur de WINCORP-SECURITY & Defense Services. Ancien de la DGSE, la Direction Générale de la Sécurité Extérieure française.

Bonjour Pierre Martinet

– La grande majorité des survivants de l’Hyperchasher, ont décidé de ne pas assister au procès, de ne pas témoigner. Ils invoquent notamment comme raison la peur de repr”sailles. Est-ce qu’ils ont raison d”avoir peur? Est-ce qu’il est possible que des candidats terroristes suivent les audiences et pourraient passer à l’action?

– Parlons des accusés présents. Ce sont ce que les médias français appellent les seconds voire troisièmes couteaux, des aides logistiques… On parle de leur complicité, de l’aide qu’ils ont apporté aux terroristes… Derrière ce procès, il y en a un autre: celui de cette idéologie de haine.

– Ce réseau a été de fait démantelé après les attaques. Chaque personne ayant apporté sa pierre à l’édifice terroriste. Est-ce qu’on peut considérer que tous les accusés ont eu un mobile terroriste? Que tous connaissaient les projets meurtriers des frères Kuachi et de Coulibaly?