8h30 sur Radio Judaïca, on parle à présent d”un phénomène qui nous vient de France. Il n’est pas encore très répandu, heureusement en Belgique, mais il fait des dégats de l’autre côté de la frontière; Miri, il s’agit d’une campagne de dénigrement et de harcèlement contre les enfants nés en 2010

Insultes, rejets, moqueries… depuis quelques mois, les élèves nés en 2010 sont victimes de harcèlement à l’école et sur les réseaux sociaux de la part d’élèves plus âgés. Ce qu’on leur reproche? Leur année de naissance. Oui vous m’avez bien entendue… 
Il faut noter qu’en France les enfants entrent en secondaire un an plus tôt qu’en Belgique. Ils ont donc 11 ans et ce sont les plus jeunes de l’établissement. Ils sont donc des cibles faciles pour les plus grands.

Le phénom!ne a pris une telle ampleur, que le gouvernement français a du intervenir. Le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer a même lancé un contre hashtag dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux
*** BLANQUER_BIENVENUS2010_230921 ***

D’où est parti cette campagne de harcèlement?

C’est évidemment difficile de connaître avec certitude les origines du phénomène. Une certitude: il a démarré sur les réseaux sociaux et les jeux en ligne, avant de débarquer dans les cours de récré. 

Cette animosité contre les 2010 prendrait racine dans le comportement de certains très jeunes adeptes du jeu vidéo Fortnite. Ils sont accusés par leurs aînés de ne pas respecter les codes du jeu». 
Le phénomène de #anti2010 connapit un coup d’accélérateur après la publication sur les réseaux sociaux de la chanson « Pop it Mania », de Pink Lily. Dans un clip très coloré, une adolescente à la voix auto-tunée chante « on est les queens de 2010 », 
*** EXTRAIT_POPITMANIA_230921 ***
Cette vidéo a reçu, tenez vous bien, plus de 400 mille dislike – des pouces vers le bas. La jeune-fille de 11 ans cristallise un agacement jusque-là cantonné au monde du jeu.
Cela se traduit en France aujoutrd’hui par des moqueries et du harcèlement dans les écoles. Des enfants nés en 2010 rapportent qu’on les montre du doigt en criant 2010 comme si cela était une insulte…
En Belgique ce phénomène des hashtag anti2010 est moins impoirtant, mais le harcèlement des enfants à l’école existe bel et bien. 
Pour mieux comprendre la situation, nous sommes en ligne avec le Docteur Sophie Maes, bonjour
*** OK_SOPHIE_MAES_HARCELEMENT_230921 ***